Rechercher

LA SAISON DE L'ÉLÉMENT MÉTAL




L'AUTOMNE ET LE MÉTAL

Le saviez-vous que la saison de l’automne est associée à l’Élément du Métal ? L’équinoxe automnal verra bientôt le jour, c’est-à-dire que le jour a une durée égale à celle de la nuit.


On associe souvent l’automne au changement, à la purification et à la récolte. C’est la saison parfaite pour commencer à se recentrer sur soi-même, notamment car avec le Métal, l’Homme coupe, tranche pour assurer sa survie.

Comme nous le disions, l’automne est synonyme de récolte, il apporte les premiers gels qui purifient la nature, il est associé à l’Ouest où le soleil se couche, et à la couleur blanche des premières gelées et de la neige éternelle. On pourrait dire que la saison fait également un peu référence à la mélancolie car d’un côté on dit merci à la Mère Terre pour la nature à travers des rituels de fêtes et de l’autre côté on fait le deuil de ce qui a été.


En cette période de l’année, la rigueur est de mise, de sorte que la sévérité ne se transforme pas en brutalité, car le Métal trop dur peut nuire.

Le retour est implacable et nécessaire, il doit se faire en confiance et sans violence.


L'AUTOMNE ET LA SANTÉ

Le temps se veut plus frais en automne, il est donc nécessaire d’être plus attentif aux besoins de son corps et à veiller à rester en forme. Vous ne le saviez peut-être pas, mais l’automne est associé à l’organe du Poumon. Ce dernier assure en haut du corps, telle une montagne enneigée, la pureté indispensable à la vie. Par le mécanisme de la respiration, il assimile l’air pur et aspire la quintessence des vapeurs qui montent par le système digestif puis hydratent la peau.


Quand l’Énergie du Métal est forte et bien distribuée, elle permet le bon fonctionnement des Poumons : l’Énergie respiratoire est associée à l’Énergie des aliments afin de mieux la faire circuler, ainsi que les liquides organiques et le sang. De plus, le thorax est protégé des accumulations et des productions muqueuses, notre peau est ferme et lisse et nos Poumons sont capable de mieux résister aux agressions externes grâce à l’Énergie défensive.


Cela vous surprend peut-être d’apprendre que cette Énergie provient essentiellement des essences subtiles des aliments.


L’alimentation joue un rôle majeur dans le développement de notre Énergie défensive qui est distribuée par celle des Poumons. Elle est précieuse et est chargée de protéger, réguler et réchauffer l’organisme, ce qui permet aux muscles d’obtenir une solidité naturelle, et à la peau une souplesse.


LE FONCTIONNEMENT DES POUMONS

Souvent, la fin de l’été rime avec tristesse et mélancolie, ce qui est tout à fait normal si ces sentiments ne durent pas dans le temps de sorte qu’ils ne laissent pas place à l’anxiété face à l’inconnu car l’Énergie des Poumons s’affaiblit si elle est utilisée en permanence.


Quand les Poumons reçoivent l’Énergie nécessaire pour assurer leurs fonctions, notre mental est aiguisé comme un couteau, notre sens de ce qui est juste et essentiel est en place. Les Poumons nourrissent notre instinct de conversation et s’ils font face à des doutes, à des angoisses, un vide se fait alors ressentir. Le Métal lié à cette saison est mal en point et nos décisions sont soit trop faibles soit trop brutales : on laisse traîner les choses que l’on devrait arrêter ou l’on devient dur notamment avec soi-même.


Le Poumon communique avec l’extérieur par la peau mais aussi par le nez. L’odorat quant à lui est un bon indicateur de notre force pulmonaire, si nos Poumons perdent en vitalité, sa capacité à contrôler les liquides diminue et fait apparaître des écoulements nasaux.


La saveur dédiée à nos Poumons est le piquant. Sa première indication thérapeutique est de faire circuler. Les Poumons qui sont maître du Qi soit le lieu de réunion des vaisseaux sanguins dans le corps, aide le Cœur à faire circuler le sang. Cette saveur soutient aussi l’Énergie du Foie dans sa quête d’assurer une libre circulation du Qi et du sang.

Le piquant est important pour digérer céréales et légumineuses et s’utilise de manière thérapeutique pour induire une transpiration dans une attaque de froid et d’humidité externe. De plus, il dirige le Qi vers la peau et ouvre les pores, mais la saveur du piquant doit être utilisée avec parcimonie par des personnes fatiguées ou faibles, car son excès impacte la santé des muscles, des vaisseaux sanguins, de la peau et aussi de notre mental.


Le Poumon s’appuie sur son partenaire Yin-Yang : le Gros Intestin. On peut en apprendre plus avec le livre de Giulia Enders, Le Charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé, qui démontre que notre monde occidental semble s’aligner avec la vision chinoise sur l’impact corporel et mental de nos Intestins.


Le Cœur est lié à l’Intestin grêle et les Poumons au Gros Intestin. Plusieurs émotions que l’on découvrira un peu plus loin comme la joie ou l’absence de joie pour le Cœur, la tristesse et la mélancolie pour les Poumons, sont liées à ces organes. Si l’on prend en compte que le Cœur a une deuxième antenne qui est le cerveau, l’affirmation que les Intestins pourraient être un deuxième cerveau est tout à fait compréhensible. En effet, comme illustre Élisabeth Rochat de La Vallée dans Les 101 Notions-clés de la médecine chinoise, le cerveau humain marche avec le Cœur car les perceptions et les pensées s’élaborent toujours en l’Homme par le Cœur, lieu où résident les Shen. Le cerveau s’aligne également avec le Foie, si important dans l’exercice du mental, de la raison, dans le contrôle des émotions, et il marche avec les Reins pour sa relation avec la moelle.



On vous invite à lire notre livre, plus précisément le chapitre sur le microbiote à la page 111 pour comprendre la relation de la peau avec les Poumons et le Gros Intestin.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout